• chercher

DE | IT

Lausanne: à la rencontre de requérants d'asile

A Lausanne, des amis se sont mobilisées pour aller à la rencontre de requérants d’asile. Après une première initiative vécue ensemble, plusieurs projets sont nés, faits de soutien et de présence.  Parmi les expériences vécues : l’invitation d’un jeune réfugié à un match de foot et l’accueil d’une famille durant la période de Noël. Quelques impressions …

Une des participantes de ce groupe d’amis de la région de Lausanne désirant répondre à l’invitation des Focolari à « aller ensemble vers les périphéries » raconte comment des projets ont pu être menés auprès de requérants d'asile. « Sensibilisés par le drame de la crise des migrants, nous cherchions à réaliser une action dans la région de Lausanne. Vu que nous étions peu nombreux, nous avons préféré contacter des personnes déjà actives dans ce domaine. »

« Après avoir contacté la responsable de la Communauté St-Egidio, avec laquelle nous avons des liens d’amitié, celle-ci nous a proposé de les accompagner lors de visites à des personnes ayant reçu une "non entrée en matière" (NEM). » Cette catégorie désigne les personnes n’ayant pas l’autorisation de rester en Suisse, mais qui ne sont pas renvoyées, pour des raisons médicales ou matérielles.  Entretenant un contact régulier avec ces migrants vivant dans un Centre sur les hauts de Lausanne, cette communauté propose à des bénévoles d’offrir un moment d’amitié avec eux, ce que nous désirions faire.

« Le premier contact établi par quatre d’entre nous a été bouleversant, car nous découvrions une pauvreté insoupçonnée en Suisse : isolement loin de la ville, cohabitation de familles et d’hommes seuls dans un immeuble vétuste, exiguïté des espaces d’hébergement, où plusieurs familles étaient parfois regroupées dans une ou deux pièces, désœuvrement vu l’interdiction légale de travailler.  Malgré les barrières linguistique, la communication s’est établie progressivement par l’intermédiaire des enfants, qui étaient scolarisés et se débrouillaient en français. » Depuis cette première expérience très forte, deux personnes de la région accompagnent régulièrement les membres de la Communauté St-Egidio pour rendre visite aux réfugiés de ce Centre, en leur apportant une présence attentive et de la nourriture.

Depuis, plusieurs actions spontanées ont surgi: « Des connaissances se sont mobilisées pour donner quatre sacs d’habits à une jeune réfugiée sur le point d’accoucher, qui leur a offert en geste de reconnaissance un verre de limonade, ce qui était beaucoup étant donné sa précarité ! Des liens ont aussi été maintenus avec une famille Rom, dans la précarité et l’incertitude de pouvoir ou non rester en Suisse. Avant les fêtes de Noël,  nous avons pu les inviter chez nous pour un moment simple et chaleureux, où les enfants ont eu du plaisir à jouer avec notre chat et se sont réjouis des petits cadeaux offerts. Leur fils de sept ans aimant le foot, mon mari l’a invité à participer à un entraînement, lui proposant de donner le coup d’envoi du match.  Il en a été très heureux ! ». Autre expérience vécue, l’invitation de trois voisines africaines par une des personnes du groupe, qui s’est proposée de soutenir la fille de l’une d’entre elle, en lui donnant des cours d’anglais avec son mari. « Ces expériences nous ont enrichis et ont renforcé notre amitié. » 

CP/FJS