Foto:

Personnes LGBTQ+ et Mouvement des Focolari

L'initiative « IdeALL » a été lancée en janvier 2022, et son nom est à la fois un objectif et un chemin : « Idéal pour tous », en référence à la spiritualité, au charisme du Mouvement des Focolari, que sa fondatrice, Chiara Lubich, aimait appeler « l'Idéal ». Il y a là quelque chose de l'ordre d'un but élevé que l'on s'est fixé et qui incite à ne pas reculer devant les obstacles.

« Que tous soient un » - c'est à ce passage de l'Évangile de Jean que le Mouvement des Focolari aime se référer pour décrire le cœur de cette spiritualité. Mais 'tous' signifie-t-il vraiment 'tous' ?

Kristin Wolf, Kiki pour beaucoup de ses amis, mariée et mère de trois enfants adultes, est engagée dans le Mouvement des Focolari depuis son enfance. « J'ai grandi dans un environnement catholique et j'ai été influencée par les principes moraux des Focolari, qui ont toujours été très proches de ceux de l'Église catholique, pour qui les relations entre personnes de même sexe étaient un péché, donc toujours connotées négativement ».

L'initiative #OutinChurch a marqué une étape importante dans l'Église catholique allemande avec la diffusion, fin janvier 2022, du film-reportage touchant et même bouleversant « Wie Gott uns schuf » (« Comment Dieu nous a créés ») : C'est la première fois qu'autant de personnes s'affichent simultanément comme gays, lesbiennes, transgenres, bisexuels ou simplement queers, non seulement au sein de l'Église catholique, mais aussi en travaillant pour elle de manière rémunérée. Isabel Staps, une jeune théologienne catholique, mariée et actuellement en route avec sa femme pour Saint-Jacques-de-Compostelle, est également présente. Il y a quelques années, elle était au Mexique dans un projet social du Mouvement des Focolari et, là aussi, elle a constaté que beaucoup de gens reculaient à l'évocation de leur identité sexuelle. Elle pense que cela doit changer et c'est pourquoi elle a rejoint IdeALL.

« Grâce à notre initiative, j'espère qu'il sera plus facile de s'exprimer avec les personnes queers. Il s'agit de la façon dont nous parlons les uns des autres et des uns sur les autres, mais aussi de la façon dont nous nous traitons les uns les autres et de la culture de l'accueil ».

Pour elle, il est important que les amis et les membres de la famille des personnes queer ne soient pas les seuls à s'engager pour moins d'exclusion : « Je trouve important que dans les initiatives qui s'engagent pour les personnes queers, il y ait vraiment des personnes queers et pas seulement des personnes qui sont solidaires ».

Elle est consciente que le processus n'est pas facile pour le Mouvement des Focolari :

« Oui, c'est un défi pour un groupe comme les Focolari de s'occuper de ce thème et de dire de manière active : nous sommes ouverts aux personnes LGBTQ+ et vous en faites partie, vous êtes les bienvenu.e.s et c'est bien que vous soyez là ! Justement parce que cela ne va pas de soi dans les milieux catholiques ».

Claudete Costa de Lima et Gerti Wachmann en ont déjà fait l'expérience. Claudete est Brésilienne, elle a vécu quelques années au focolare et l'a quitté en 2002. Elle est lesbienne et vit avec sa compagne à Bellikon, près de Zurich. C'est là que le Mouvement des Focolari avait organisé une soirée d'information l'année dernière, avant que les citoyens suisses ne votent sur le « mariage pour tous ». Claudete avait participé à quelques réunions de préparation. Les rencontres n'ont pas toujours été faciles, il y avait des positions et des points de vue différents sur le sujet. Claudete a parlé ouvertement de sa situation de vie.

« Nous sommes des gens normaux, nous avons un métier, nous voulons aimer et être aimés, comme tout le monde ».

Droits d'image

Photos utilisées sur cette page :